accueil COOPERATION GABON - UE Calendrier Compte-rendu de la séance d...
Compte-rendu de la séance d’information AFIP 28-11-2016/ ATI-AFIP / DUE / Opérateurs de formation, relative à l’Appel à Propositions « ouvert » du projet AFIP

Participants : Voir liste annexée au présent compte rendu

Lieu de la rencontre : Centre de Formation et de Perfectionnement Professionnels BASILE ONDIMBA

Date : lundi 28 novembre 2016

Heure : 10h30 - 13h50

 

Points abordés :

  1. Contexte et objectifs de l’Appel à Propositions (AàP)
    • Rappel des objectifs du Projet AFIP
    • Objectifs de l’AàP
    • Montant indicatif global mis à disposition et enveloppes indicatives par lot
  1. Critères de sélection
    • Éligibilité des demandeurs
    • Modalités pédagogiques préconisées
    • Modalités financières (montants des subventions, plafonds autorisés et co-financement)
    • Capacité de mise en œuvre des programmes de formation
  1. Liste de documents à soumettre
    • Annexes à compléter
    • Documents administratifs, juridiques et financiers
  1. Période des questions-réponses sur cet Appel à Propositions (AaP)

Déroulement :

  • Propos introductif

Dans son propos introductif, le Régisseur du projet AFIP a informé les participants que cette séance d’information, animée par l’équipe AFIP/ATI-AFIP, fait suite à la publication en date du 18 novembre 2016 de l’avis d’appel à propositions du Projet d’Appui à la Formation et à l’Insertion Professionnelles (AFIP) N° AFIP/AAP-001.

Poursuivant son propos, le Régisseur du projet AFIP a fait, dans un premier temps, le bilan du premier appel à propositions déclaré infructueux par la DUE. Dans un deuxième temps, en guise d’introduction au PowerPoint prévu pour la circonstance, il a édifié l’ensemble des participants sur la spécificité du second appel à propositions, ouvert, en ce que les notes succinctes et les propositions complètes sont soumises en même temps. Tirant les leçons de la première invitation publique, il a exhorté les demandeurs potentiels de la subvention AFIP à lire l’intégralité des lignes directrices de ce second appel à propositions à l’effet de poser toutes les questions nécessaires, dont les réponses serviraient à bien renseigner les formulaires de demande de subvention à compléter.

  • Présentation du PowerPoint (cf. les points abordés 1, 2 et 3 du PowerPoint ci-annexé)
  • Séance des questions-réponses, dont la substance est donnée ci-après.

Contenu des questions posées par l’auditoire

et des réponses apportées par l’équipe AFIP/ATI-AFIP et la DUE

 

Les quatre premières questions ont été posées par la Directrice de la Formation et des relations avec les opérateurs économiques (DFROE), ANFPP, Mme Marianne NDONG.

  1. Question : Quand on parle de partenariat avec les entreprises, doit-il être naissant ou ancien ?

Réponse : Pour les lots 1 et 3, le partenariat entre établissements de formation / ANE et les entreprises est exigé.  Il n’y a pas de date spécifique indiquée dans les lignes directrices.  Cependant, ce partenariat doit être formalisé / attesté lors du dépôt des demandes de subvention et les entreprises doivent signer une déclaration d’engagement, document constituant une annexe à chaque demande de subvention.

  1. Question : Dans le cadre de cet appel à propositions, est-il possible d’envisager l’aspect formation en entreprenariat ?

Réponse : Oui, mais uniquement quand il s’agit d’un établissement de formation qui a déjà un incubateur d’entreprise.

  1. Question : Au niveau budgétaire, est-il possible de financer des équipements pour les entreprises ou bien le budget équipements est-il strictement réservé aux établissements de formation ?

Réponse : Le budget équipements est strictement réservé aux établissements de formation.

Les établissements doivent prouver qu’ils ont déjà des ateliers dans les métiers choisis et qu’ils ont un minimum de plateaux techniques qui, cependant, pourront être renforcés par les achats d’équipements sur le budget de l’action.  Les équipements doivent aller de pair avec les référentiels de formation, validés avec les entreprises partenaires (en fonction des compétences métier dont les entreprises ont besoin).  En définitive, c’est le renforcement des plateaux techniques des établissements de formation qui est visé dans la Convention de Financement du projet AFIP.

  1. Question : Le solde du budget (cofinancement) peut-il être pris en charge par un privé et non pas uniquement par les partenaires techniques et financiers / bailleurs ?

Réponse : La DUE a répondu que le cofinancement pouvait être pris en charge par un particulier.

Les quatre questions suivantes ont été posées par le Président de l’ONG Action Sociale Internationale, M. Alain Fabrice KOUMBA PAMBO.

  1. Question : Quel est le format du budget ?

Réponse : Logiciel Excel

  1. Question : Les lignes directrices autorisent-elles une formation en alphabétisation ?

Réponse : Oui, outre l’adaptation des référentiels de formation. Prière de se référer à la liste indicative des activités des lignes directrices.

  1. Question : Les attestations qui seront délivrées à l’issue de la formation sont-elles valables ? Est-ce que les programmes de formation seront certifiés par le Ministère, par la DGFP notamment, alors que les programmes réguliers ont généralement une durée de 2 ans ?

Réponse : Oui, toutes les certifications seront reconnues par les ministères en charge de la Formation professionnelle et de l’Enseignement Technique. Une certification particulière aura lieu, même si les programmes sont de plus courte durée.  Cependant, cette certification ne correspondra pas à un CFP1, 2, 3 ou 4.

  1. Question : Dans le cadre d’un projet, faut-il demander une lettre au bailleur pour attester de sa contribution / de son co-financement ?

Réponse : Oui.

La question suivante a été posée par le Directeur des Etudes, de la Programmation et des Statistiques, Direction Générale de l’Enseignement Technique et Professionnel (DGETP). M. Sosthène ONDO, représentant le Directeur Général de l’Enseignement Technique et Professionnel.

  1. Question : Le projet AFIP peut-il favoriser le rapprochement avec les entreprises ? par exemple, organiser des rencontres avec les chefs d’entreprise.

Réponse : En avril 2016, la CAON et la DUE ont invité les grandes entreprises à un cocktail de sensibilisation du secteur privé afin de présenter le projet AFIP et de mettre en contact les entreprises avec les opérateurs de formation.  D’autre part, le projet AFIP, avec l’appui de l’ATI, afin de favoriser la mise en relation entreprises-établissements de formation professionnelle, a mené une enquête emploi / insertion dont les résultats ont été présentés à l’Institut français en février 2016.  Les résultats de cette enquête et la base de données d’entreprises sont disponibles au projet AFIP.

La question suivante a été posée par la Directrice de l’ONG RANEG, Mme Chantal PARAISO.

  1. Question : Vu que les coûts liés au personnel administratif sont limités à maximum 7% du budget et que l’audit pourrait représenter près de 10% du budget, comment équilibrer le budget ?

Réponse de la DUE : Il faut budgétiser par centre de coûts.  Il faut calculer précisément la part de travail des administratifs dans la gestion du projet. On ne peut pas budgétiser un RAF à temps plein s’il n’effectue des tâches liées au projet qu’un jour par semaine.  En ce qui concerne l’audit, le coût varie entre 1.5 et 2% du budget.

La question suivante a été posée par le Commissaire Technique de l’ONG Défi-Formation-Insertion, M. Richard GIBALAKA MBOUMBA.       

  1. Question : Notre ONG travaille avec le centre d’alphabétisation de Nkembo.  Est-ce que l’exigence d’avoir 5 salles de classe est de mise vu qu’une fois les jeunes alphabétisés nous les plaçons directement en apprentissage en entreprise ?

Réponse : L’ONG doit avoir un codemandeur qui lui a des salles de classe. En d’autres termes, l’ONG qui place des jeunes apprentis pourrait profiter de l’occasion pour permettre à ces jeunes de suivre en parallèle une formation théorique au sein d’un établissement de formation.

 

Commencée à 10h30, la séance a pris fin à 13h50.

La prochaine séance d’information a été fixée au 12 décembre à 10h00, toujours au Centre de Formation et de Perfectionnement Professionnels BASILE ONDIMBA.

Pour le projet AFIP,

Priscille NYANGUI épouse MABIKA

Assistante du projet AFIP,

Rapporteur de séance

28 / 12 / 2016
View(307) - Like (0) - Dislike